Archives mensuelles : janvier 2012

Blanquette de Saint-Jacques.

Après quelques jours d’absence (dû au fait que j’ai fait l’erreur d’attraper le virus de la rhino qui court partout autour de moi), je reviens avec une recette légère et savoureuse, adaptée d’une célèbre recette de la marque de régime au double W. Elle est sensiblement différente de l’originale, car simplifiée. C’est une recette que j’adore parce qu’elle permet d’accommoder très finement les légumes d’hiver (traditionnellement utilisés dans des plats plus « lourds » comme la potée, le pot au feu…), et surtout parce que ça change des Saint-Jacques en coquille.

Ingrédients (pour 6 parts):

-24 noix de Saint-Jacques (environ 600 grammes)

-3 échalotes

-1 blanc de poireau

-10 grammes de beurre

-25 centilitres de vin blanc sec

-2 carottes

-2 navets

-2 cuillères à café d’huile

-4 cuillères à soupe de crème fraîche à 15%

-4 brins d’aneth

-Sel, poivre blanc

 

Pelez et hachez les échalotes. Nettoyez et émincez le blanc de poireau. Faites revenir échalotes et poireau 10 minutes à feu doux dans le beurre.  Mouillez avec le vin et 25 centilitres d’eau. Cuire 20 minutes sans couvrir.

Pendant ce temps, pelez les carottes et les navets. Coupez les en allumettes et faites les cuire cinq minutes dans le panier d’un cuit-vapeur. Salez.

Faites chauffer l’huile dans une poêle et faites-y dorer les noix de Saint-Jacques à feu moyen, 1 minute par face. Salez, poivrez et réservez.

Filtrez le fumet au vin blanc (gardez les poireaux), reversez le dans la sauteuse. Faites bouillir et laissez réduire de moitié.  Ajoutez la crème et poursuivez la cuisson 3 minutes. Salez, poivrez, ajoutez les légumes (ajoutez les poireaux également)et les noix de Saint-Jacques. Servez parsemé d’aneth, accompagné de riz ou de tagliatelles.

Bon appétit!

Publicités

A votre avis, où suis-je?

Héhé

Hé oui, je suis l’une de ces mascottes mais laquelle?

Bonne semaine à tous…


Sauté de porc à l’orange.

Voici une recette sympa et économique piochée dans le Maxi-Cuisine. En plus ça sort de l’ordinaire je trouve…

Ingrédients pour 4 personnes:

-800 grammes de sauté de porc (épaule ou échine)

-600 grammes de carottes

-2  oranges bio

-8 oignons nouveaux (ou grelots)

-1/2 cube de bouillon de volaille

-1/2 cuillère à café de 4 épices

-1/2 cuillère à café de cumin en poudre

-2 feuilles de laurier

-1 petit bouquet de coriandre

-Huile d’olive

-Sel, poivre

 

Coupez le porc en cubes. Faites les revenir 10 minutes dans une cocotte. Salez, poivrez puis réservez.

Ajoutez un filet d’huile dans la cocotte, mettez les oignons et les carottes coupées en rondelles, laissez colorer 4 à 5 minutes en remuant. Ajoutez le cumin et les 4 épices et mélangez.

Remettez la viande dans la cocotte, ajoutez le laurier, le zeste (prélevé en larges bandes) d’une des oranges bio, le jus des deux oranges, 10 centilitres d’eau et le demi cube de bouillon. Salez, poivrez, mélangez et couvrez. Laissez cuire une heure à feu doux.

Parsemez de coriandre ciselée et servez.

 

 


Bento 3

Alors j’ai concocté un bento simple mais efficace pour ce soir.

Dans le compartiment rose des bâtonnets de carottes, des rondelles de concombre et une coupelle de yaourt à la ciboulette (pour faire trempettte). En bas des mini-sandwichs en forme de fleur (découpés à l’emporte-pièce, mais je n’ai pas réussi à rendre ça super joli), un flan poireau-bacon (recette weight watchers) en forme de coeur, calé avec des tomates cerise.

Je ferai mieux la prochaine fois!


Mon premier osso-bucco.

Il y a quelques jours, j’ai testé pour la première fois l’osso bucco, via une recette piochée dans le Maxi-cuisine de février-mars. L’osso-bucco est un plat milanais que l’ont peut traduire par « os troué ».

Désolée pour la qualité approximative de la photo, l'osso-bucco est peu photogénique!

Ingrédients (pour 4 personnes):

-4 rouelles de jarret de veau (800 grammes à 1 kg)

-1 oignon

-1 carotte

-500 grammes de tomates concassées (en conserve)

-20 cl de vin blanc sec

-30 grammes de beurre

-2 cuillères à soupe d’huile d’olive

-2 cuillères à soupe de persil ciselé

-1 brin de thym

-zestes d’orange ou de citron (facultatif)

-farine

-sel, poivre

Farinez la viande généreusement. Faites la dorer de tous les cotés dans l’huile et le beurre chauds dans une cocotte. Mélangez bien afin que le jus de cuisson épaississe un peu avec la farine.

Ajoutez l’oignon et la carotte émincés, faites revenir 2 à 3 minutes.

Mouillez avec le vin blanc, mélangez bien et laissez cuire 4 à 5 minutes à feu vif jusqu’à ce qu’il s’évapore. Salez, poivrez. Ajoutez les tomates et les herbes aromatiques.

Laissez cuire une heure à couvert et à feu doux en remuant de temps en temps. Servez chaud, éventuellement parsemé des zestes d’agrumes, accompagné de pâtes ou de riz.

Un bon point pour l’osso-bucco: il se congèle très bien.

Bon appétit!


Le russe blanc.

Ceux et celles qui ont déjà vu The Big Lebowski ont déjà entendu parler du « Russe blanc », ce cocktail que s’envoie « le Duc » tout le long du film.

Pour ceux qui ne l’ont pas vu, je vous le recommande (même si je n’en suis pas une fan absolue, le trouvant légèrement surestimé): c’est un film assez rigolo dans lequel on voit passer une artiste peintre (personnage inspiré entre autres de Yoko Ono) qui produit des oeuvres « vaginales », un vétéran du Viet-nam complètement barré, des nihilistes, une jeune nymphomane…

 

Revenons au russe blanc. La recette est simplissime:

Ingrédients:

-3 cl de vodka

-3 cl de liqueur de café

-12 cl de lait (ou de crème pour un rendu plus onctueux)

Versez les ingrédients dans un shaker, secouez et servez sur glaçons.

Pour ceux qui, comme moi, ne trouveront pas de liqueur de café dans leur ville, vous trouverez sur ce site la recette de la liqueur de café.

Vous voici donc avec un cocktail délicieux, très fort et très traître (ça passe tout seul). Vous pouvez jouer à « The Big Expérience » qui consiste à boire un russe blanc dès que le Duc en boit un (il en boit 9 dans le film…Et ce sont des doubles!). Avec modération ou pas, à vous de voir,donc.

Santé!

 


Enfin une bannière!

Le Père-Noël (bon en janvier on peut encore, non?), en la personne de Alice, m’a apporté une bannière! Ça manquait à ce blog.

Ambiance Morticia cuisine, avec du rouge, du noir et du blanc. Ça me ressemble pas mal.