Archives de Catégorie: Une virée à…

Une virée chez…Fleurs de mai.

Aujourd’hui j’aimerais vous présenter un restaurant chinois du 13ème arrondissement de Paris (un chinois dans le 13ème? Quelle originalité!). Je préfère prévenir tout de suite: bien qu’étant parmi les plus réputés du quartier, ce resto n’est pas pour les chichiteux(ses). La devanture peut repousser: des canards laqués entiers (avec la tête et le bec, donc) trônent derrière une vitrine vaguement sale. Tant pis, on entre. Et on ne regrette pas.

(photo empruntée au site sortirauresto.com)

Nous sommes très vite installés par une gentille dame à une petite table très serrée contre une autre. La salle est minuscule, les places sont optimisées…Une chance que nous y soyons allés vers 17 heures plutôt qu’au heures de pointe (oui l’un des points forts de l’endroit est d’être ouvert en continu du matin au soir).  Bon signe, les clients sont uniquement des chinois.
La carte propose plein de spécialités qui ont toutes l’air aussi délicieuses les unes que les autres. Notre choix s’arrête sur la soupe de nouilles au canard laqué, et une demie portion de poulet fermier cuit à l’ail et au gingembre cuit à la vapeur (conseillé par le Routard). La soupe tournait autour de 8 euros (je ne me souviens plus du prix exact)et la demie portion de poulet était à 9 euros.

Première surprise, les portions étaient énormes.

Soupe de nouilles au canard laqué

La soupe était très bonne, et le canard dedans, succulent. Par contre, et c’est là qu’il ne faut pas être chochotte, il faut ronger le cartillage…Et donc y aller avec les doigts et ne pas avoir peur de se salir les contours de la bouche. Mais dans notre cas, j’avoue,cela ajoute au plaisir!

Deuxième surprise la qualité du poulet (et la demie-portion énorme).

Servi accompagné d’une sauce à l’ail et d’une sauce au gingembre

Troisième surprise le poulet fermier est bien un poulet fermier (ça se reconnait tout de suite à la fermeté de la chair, et bien sur à sa saveur). Alors là encore, il faut ronger les morceaux de cet excellent poulet, fondant à souhait, servi avec d’excellentes sauces et de la coriandre fraîche. Un véritable délice.
Seul bémol mais on a fait pire: au final ça fait un peu beaucoup. Si vous prenez des soupes de nouilles, prenez une demie portion de poulet pour deux.

Bref, je vous recommande chaudement cette adresse très authentique.

Fleurs de Mai
61 avenue de Choisy, 75013 Paris
01.44.24.37.71

Publicités

Une virée à…Tashi Delek

Notre séjour à Paris en juillet a été l’occasion de tester quelques restaurants, à la découverte de saveurs nouvelles. J’étais impatiente de tester le plus ancien restaurant tibétain de Paris, « Tashi Delek » installé dans le 5ème arrondissement de Paris.
Nous y sommes allés sans savoir du tout de quoi il en retournait: viandes bizarres? épices à gogo?  décor bariolé?

Première surprise en arrivant:le décor est sobre, avec quelques touches népalaises. Le service est discret mais aimable et efficace.

Venons-en au point le plus intéressant: la carte. Devant tant de noms qui ne nous évoquaient rien (les traductions sont vagues: chaussons à la viande, légumes sautés), nous avons préféré prendre le menu découverte (à 36 euros pour deux). Qui portait bien son nom:

L’assortiment de beignets: boules au fromage, beignets à la viande et beignets de légumes avec les sauces (délicieuses)

Tsél: légumes sautés variés

Jasha Gotsoe: le poulet au curry

Kangkar Shounu: légumes sautés aux champignons noirs

Les fameux Momok: chaussons à la viande

Tsélmok: les farcis de légumes

 

Les desserts étaient malheureusement totalement anecdotiques: riz au lait, yaourt…
Ne vous-y trompez pas: si ce menu ressemble à un mix entre menu chinois et menu indien, il n’en est rien. Le poulet au curry par exemple ne ressemble en rien à un curry indien. De même les farcis à la vapeur ne ressemble pas du tout aux dim-sums (les ingrédients sont totalement différents). Ce repas tibétain reste une découverte. Par contre, ceux qui s’attendent à une cuisine très pimentée seront déçue: les plats que nous avons goûté sont épicés mais pas piquants.

Dernier point, et non des moindres: au Tashi Delek il est possible de vivre une expérience totalement bizarre. Commandez donc le thé au beurre de yack salé pour la vivre (estomac délicat s’abstenir).

blurp

Tashi Delek

4 Rue des Fossés Saint-Jacques

75005 Paris, France

01 43 26 55 55

 

 

 


Une virée à Oh! Chapeau…

Oh!Chapeau mais quoi qu’est ce? Derrière ce nom énigmatique se cache un restaurant coréen. Un excellent restaurant coréen. La cuisine coréenne est peu connue, et souvent assimilée à la cuisine japonaise mais il n’en est rien, les plats sont totalement différents. Le condiment principal, présent dans quasi tous les plats est le Kimchi (légumes et piments fermentés)…Les premières bouchées sont bizarres il faut le temps de s’habituer à cette saveur nouvelle. Après c’est le paradis.

Oh! Chapeau, donc.  Le restaurant est situé rue du Petit Moine, dans le 5ème arrondissement de Paris (métro Gobelins). La décoration y est tantôt coréenne, tantôt pop (ce tableau en épingles), tantôt sortie de l’office du tourisme de Corée. Le service y est attentif et discret. Les plats sont simples et délicieux pour des prix très correct (formule à 10 euros le midi).

Nous y avons mangé:

Le bulgogi ou « barbecue coréen ». C’est de la viande de boeuf marinée dans la sauce soja, du kimchi, de la ciboule et du sucre. Ici, avant cuisson.

Ici après cuisson…

Ici les accompagnements ou « petits mets ».

L’apéro: de l’alcool de prune.

Les « mandus » ou raviolis coréens, proches des « gyozas » japonais. Un régal.

Le plat traditionnel, le « bibimbap », un plat de riz servi dans un bol en pierre brûlant. L’oeuf cuit avec la chaleur du plat, on fait son petit mélange. Il contenait un oeuf (malheureusement j’ai cassé le jaune avant de prendre la photo), des pousses de soja, des carottes, des concombres marinés, du boeuf… Et de la sauce piquante! Incontournable.

Pour saliver un peu plus, visitez donc le site internet d’Oh!Chapeau

Oh!Chapeau

4, Rue du Petit Moine
75005 Paris

Tel: 01 42 50 42 82


Le Top 11 des meilleurs endroits pour manger à Barcelone…

Voici une semaine que mon novio et moi sommes rentrés de Barcelone. Je suis donc en mesure de vous livrer le Top 11 des meilleurs endroits où manger à Barcelone. Pourquoi un top 11? Parce que 10 c’était un peu juste. Pourquoi les meilleurs « endroits »? Parce que tous ne sont pas des restaurants.

Notez que je ne prétends pas avoir testé tous les bars et restaurants de la ville, la liste ne saurait donc être exhaustive. Je suis parfaitement consciente qu’il doit exister mieux.

Quelques petites remarques générales sur les restaurants à Barcelone: tout d’abord, il est impératif d’éviter les restaurants sur Las Ramblas, ce sont des usines à touristes, la nourriture y est chère et paraît-il pas bonne du tout. De plus, certains endroits semblent être des arnaques institutionnalisées (je vous laisse admirer les commentaires sur le restaurant « Amatxu »
). En vous éloignant un peu, vous trouverez un grand nombre de petits restaurants, bien moins chers (il n’est pas rare de trouver une formule entrée-plat-dessert à moins de dix euros, le tout sans arnaque) et bien meilleurs.

Ensuite, sachez que le pain n’est pas, comme en France, inclus dans le prix, sauf mention contraire. Si vous n’en voulez pas et qu’on vous le pose sur la table, refusez-le d’emblée…Et n’hésitez pas à réclamer si on vous le facture malgré tout (nous avons eu le tour à « La Fonda », restaurant que je n’ai pas inclus dans le classement pour d’autres raisons). Soyez également vigilants au sujet de la TVA: certains endroits ne l’incluent pas dans les prix affichés.

Enfin, attendez-vous à bousculer quelques peu vos habitudes sur les horaires. Les espagnols mangent plus tard que les français: inutile d’espérer trouver un restaurant ouvert avant 13h-13h30 le midi et 21h le soir. On s’y habitue très vite.

11: Can Culleretes

Calle Quintana, 5 Ciutat Vella, 08002 Barcelone

http://www.culleretes.com/

Il a sa place dans le classement, principalement parce qu’il est le plus vieux restaurant de Barcelone, et le deuxième plus vieux d’Espagne. On y mange une cuisine catalane honnête, avec un bon rapport qualité prix. Le décor est magnifique à voir, avec ses vieilles boiseries et son carrelage peint typiquement catalan! Ce qui ne gâte rien? Un service très sympa, assuré par des vieilles dames très dynamiques et attentionnées.

Extérieur du restaurant…Magnifique,non?

Aperçu de l’intérieur.

Nous y avons mangé:

Une salade toute simple

L’escudella, ou pot-au-feu catalan. Ici c’est la soupe du pot au feu, avec des pois-chiches et des pâtes dedans.

Un assortiment de viandes grillées.

Une cuisse de lapin rôtie.

10: Bar El Tropezon

Regomir 26, 08002 Barcelone
 

Un bar à tapas dans le quartier gothique. Se nourrir de tapas à Barcelone est très coûteux. Je déconseille de se nourrir de cette façon, cela revient vite cher (il y a peu de tapas à moins de 4 euros, il en faut au moins trois rations…Quand on compare aux menus des restaurants le choix est vite fait). Cependant, à l’apéritif, on peut apprécier quelques patatas bravas (pommes de terres chaudes recouvertes d’une sauce romesco)… Et c’est ici qu’elles sont les meilleures, valant à elles seules le détour. Fondantes à souhaites, la sauce qui les recouvre est chaude et bien pimentée… 5 euros quand même, mais cela vaut le détour. Nous avons également goûté la tortilla, accompagnée de pain à la tomate, et c’était très bon aussi. A déconseiller aux personnes au régime, tout y est très huileux.

Nous y avons mangé, entre-autres:

Les patatas bravas, à ne pas manquer!

9: Viena

La Rambla 115, Barcelone 08002

http://www.viena.es/

Une adresse qui vaut le détour sur Las Ramblas, une fois n’est pas coutume. Il s’agit d’une chaîne spécialisée dans les sandwich. On peut y déguster sa majesté le meilleur sandwich du monde (selon le New-York Times): une flûte de pain craquant à la tomate, et garnie de jambon ibérique. Tout simplement, et tout simplement délicieux (pour 6,55 euros, pas donné mais quand on connait le pri du jambon ibérique, on comprend mieux). Outre la flûte ibérique, on peut y déguster un délicieux « coca » aux escalivadas ou au rôti de porc pour environ 4 euros.

Une petite adresse discrète sur las ramblas…

Le meilleur sandwich du monde…

8: Pla de la Garsa

Assaonadors, 13, 08003 Barcelone

http://www.pladelagarsa.com/

Un bar à fromages qui fait aussi restaurant. Cette adresse vaut le détour, et pas seulement pour le cadre magnifique de cet endroit chargé d’histoire (l’endroit est passé d’une ancienne auberge du XVII à un ancien local de rédaction d’un journal anarchiste au 20ème siècle…Je vous conseille de regarder le site, en français, pour connaître tout l’histoire du lieu ), magnifié par un très joli escalier en colimaçon (et très casse gueule, autant aller aux toilettes avant d’abuser du vin).

La carte envoie du rêve: une sélection d’excellents vins (on vous recommande les Monsant et Penedès) côtoie fort logiquement une immense sélection de fromages, catalans et français. Un plateau de 5 fromages coûte 22 euros, et vous sélectionnez ceux que vous désirez. Outre les fromages, la carte propose des salades, des entrées chaudes, des entrées froides, des charcuteries ainsi que des menus « dégustation » pour tester une grande quantité de plats (les portions sont paraît-il petites).

Nous y avons mangé (sur deux repas, tout de même):

Timbale de boudin au champignons

Fèves à la menthe et au jambon. A 11 euros, on vous la déconseille: c’est un peu cher pour ce que c’est.

Palette: assortiment de terrines sur une palette… Terrine d’artichauts, tapenade, terrine de maquereau, hoummous.

Assortiment de jambon ibérique, le meilleur qui existe.

Dans le sens des aiguilles d’une montre: Curiol, Mao, Tronchon, Blau de la montanyola et au centre le Tupi, un bien étrange fromage lavé à l’eau de vie. Très particulier.

Aperçu de la carte (en français) des fromages…Et ce ne sont que les catalans!

7: El Pescadito-Sitges

Marques de Montroig, 08870 Sitges

D’accord je triche un peu. Ce restaurant n’est pas situé à Barcelone mais à 40 minutes en RER de là, dans la petite ville balnéaire de Sitges. Nous y sommes allés lors d’une virée à la plage… L’occasion de découvrir une super « cantine » catalane, avec un excellent rapport qualité-prix et des produits frais (on peut le constater de visu, les poissons crustacés, viandes, légumes, étant visibles dans un comptoir réfrigéré et vitré). La carte propose des tapas, des plats traditionnels catalans, et une sélection de plats du jour à prix modiques. La clientèle est locale, et le personnel sympathique et attentionné.

Nous y avons mangé:

Crevettes à l’ail en guise de tapas…

Le Xató. Il s’agit de la spécialité de la ville de Stiges…Cette salade y a même son festival, en février! Ce régal pour les papilles est composé de salade, d’olives, de thon, de morue et d’anchois…Et elle est assaisonnée à la sauce romesco. Typiquement catalan, et un « must have tried » à Sitges.

Fideuà… La recette est sensiblement similaire à celle de la paella (j’en ai goûté eux sortes: une à dominante de port, et celle-ci aux calamars et poulpes…Il existe une multitude de recettes différentes) sauf que les vermicelles (fideu) remplacent le riz. Très bon!

6: Sushi-Ya

Quintana, 4, 08002 Barcelone, Espagne

Juste en face du plus vieux restaurant de Barcelone (le numéro 11), une échoppe japonaise. J’ai choisi de la mettre sixième car, finalement, c’est là que nous avons le plus mangé. Ce resto de poche propose, bien sûr des sushis et makis très corrects, et certains sont très inventifs comme le « rainbow roll » ou « dragon roll », ou encore ce maki dont j’ai oublié le nom qui fusionne Catalogne et Japon, le maki étant farci d’une langoustine frite encore chaude avec une sauce romesco et vinaigre balsamique (étonnamment c’est réellement très bon). La carte propose également une grande sélection de plats chauds, assez peu répandus dans les restaurants japonais situés en France. Niveau prix, ce restaurant est imbattable, proposant le menu soupe (miso ou…gaspacho), salade (ou nouilles) et le plat chaud (par exemple nouilles sautées au poisson, ou poulet « teriyaki » et riz) pour environ 7 euros. La bière japonaise est à 1,60 euros, la bouteille de vin à 6 euros. Imbattable,je vous dis. Parfait pour manger léger (pour l’estomac et le porte-monnaie) après un gros resto le midi… Attention le soir un peu d’attente est à prévoir aux heures de pointe, l’adresse étant très prisée des fêtards du coin.

Nous y avons mangé, entre autres:

Un dragon roll, au maquereau et à l’avocat.

Du poulet « teriyakidon »

5: Allium

Carrer del Call 17, 08002 Barcelone

http://www.alliumrestaurant.es/ca
Nous sommes rentrés dans ce restaurant situé dans le barri gòtic, alléchés par le label « Slow food » (courant découvert grâce au restaurant numéro 1, je parlerai plus de ce courant à ce moment là). Nous n’avons pas été déçus! Le restaurant propose une carte très variée, avec quelques touches de cuisine italienne, qui n’oublie pas les végétariens! Les légumes sont frais, la charcuterie est découpée devant vous (tout est pendu au mur…alléchant!), l’assortiment de tapas est orgasmique, le personnel est adorable, la décoration très chaleureuse, les prix corrects (surtout la formule à 15 euros)…Une réussite! Beaucoup de choix pour les végétariens.

Nous y avons mangé, sur plusieurs repas:

Une salade au fromage de chèvre et fruits secs.

L’assortiment de tapas.

« Burger » bio et sa garniture (ketchup maison et frites).

Pâtes fraiches aux petits légumes et sa croûte de fromage.

Le vermouth et les olives.

Champignons farcis et sauce romesco

Salade d’artichauts à l’orange.

Pain de viande au fromage de chèvre et purée de haricots blancs

4: En Ville

c/doctor dou, 14, 8001 Barcelone

http://www.envillebarcelona.es/fr/inicio

Une des plus belles surprises de la ville. La Vanguardia l’a élu plus beau restaurant de la ville. A vrai dire, avant d’y aller nous ne le savions pas: nous y sommes allés parce que notre fidèle Routard nous garantissait une cuisine de produits frais (achetés au marché de la Boqueria à quelques centaines de mètres de là) à des prix défiants toute concurrence. A peine le pied mis dans le restaurant, nous fûmes soufflés par le décor, magnifique et l’accueil, jeune et très attentionné. Le menu, à 9,90 euros le midi en semaine change tous les jours: 4 ou 5 choix d’entrées, autant de plats, 4 de desserts… Moi qui ne suis pas un bec sucré, j’avoue que j’ai adoré leurs gâteaux! Parfois les plats sont avec suppléments (pour les fruits de mer, notamment). Il est à chaque fois précisé si le plat est végétarien ou sans gluten. Ce qui ne gâte rien, la cuisine est succulente, vraiment. Et le verre de vin à 1,90 est un très grand verre…Assurée de retourner à Barcelone, il fera partie de nos adresses favorites pour le midi.

Une chose curieuse: le nom du restaurant est français parce qu’il propose, selon le site, une cuisine franco-catalane, mais nous avons plutôt trouvé que la cuisine était italo-catalane (ah, leurs lasagnes!). Cela doit dépendre des jours.

Intérieur du restaurant

Nous y avons mangé, entre autres:

Un très bon gâteau à la canelle…Je ne suis pas un bec sucré, mais j’ai adoré!

Un gaspacho..

Le merlu aux asperges rôties.

3: La Paradeta

C/ Comercial 7 08009 Barcelona (une autre adresse à Barcelona Sants et à Sitges)

http://www.laparadeta.com/

La Paradeta n’est pas à proprement parler un restaurant. C’est une « marisqueria » en gros, une poissonnerie avec une cuisine derrière. A deux pas du port, c’est l’endroit rêvé pour déguster des fruits de mer (imbattable pour la fraîcheur). De plus, l’expérience est assez rigolote: on arrive, on se présente au comptoir, les prix sont affichés au poids, on choisi ce que l’on veut, ainsi que le mode de cuisson (moules vapeur ou « marineras »?, calamars à la planchas ou frits?). Vous choisissez votre boisson (du vin blanc, bien sûr!), une salade d’accompagnement, des sauces (nous avons pris de l’aïoli), vous payez et on vous donne un numéro. Là, les cuisiniers vous appellent dès qu’un de vos fruits de mer est prêt (vous avez un peu le temps de manger doucement). Exceptionnel, et le prix fait rêver quand on compare aux fruits de mer dans les restos français…

Le comptoir aux merveilles…

Nous y avons mangé:

Les moules « marinera » (pas marinières…a la sauce marinera, aux tomates).

Calamars et pulpitos à la plancha.

Couteaux et gambas.

2: Cuines Santa Caterina

Av. Francesc Cambo, 16, 08002 Barcelone

http://www.cuinessantacaterina.com/

Situé dans le marché Santa Caterina, ce restaurant est une pure merveille. La décoration est à la fois sympa et pratique: les plantes aromatiques qui se retrouvent dans votre assiette décorent un mur, une immense étagère sur laquelle est posée cartons de vins et vaisselle en décore un autre. Tout est en bois, joli et simple. Le plus? La vue sur les cuisines: ouvertes, tout est préparé devant vous…Les jus de fruits sont de vrais jus de fruits, pressés et centrifugés devant les clients. La propreté est irréprochable. La carte est rigolote, c’est le set de table, et elle est présentée sous la forme d’un tableau à double entrée aliment (légumes, viandes, oeufs, fruits de mers etc)/ mode de préparation (orientale, méditerranéenne, etc). Tout est très varié, à partir des mêmes aliments (du marché): on peut y manger japonais ou catalan. Évidement nous avons choisi des plats méditerranéens, et aussi les grillades. La côte ibérique y était délicieusement fondante (à 24 euros pour deux), la cuisse de cochon de lait très bonne également, ainsi que l’entrecôte. Au dessus de tout, nous avons élu les escalivadas au chèvre comme étant la meilleure entrée de Barcelone (quoi, le New York Times élit bien des plats, pourquoi pas nous?)…Le « Gran Tomino » au four avec champignons n’a pas grand chose à lui envier.
Une adresse qui fait rêver, donc. Les prix n’y sont pas excessifs mais on regrette l’absence de formule… La réservation est conseillée, sinon vous pouvez toujours attendre au bar de l’entrée en sirotant du vin (je vous déconseille fortement les tapas: premièrement vous n’aurait plus faim, deuxièmement ils sont un chouia chers quand même…2 euros le cure-dent « pintxo » avec deux mini-boules de mozza, une feuille de basilic et un quart de tomate confite…Bof bof), l’attente ne sera pas longue.

Nous y avons mangé:

Escalivades au chèvre…

Menu…

Côte de porc ibérique…

Fromage Tomino au four avec champignons.

Cuisse de cochon de lait roti.

Entrecôte.

Crème catalane.

Serrat(fromage de brebis) et sa garniture

1: Mam I Teca

C/lluna 4, Barcelone

Voilà le grand gagnant du séjour… Ce restaurant de poche (4 tables!) est estampillé « Slow-food », courant originaire d’Italie que j’ai découvert à l’occasion. « Slow-food » est une association qui s’oppose à la culture « fast-food ». Ses objectifs? Promouvoir la nourriture locale, afin de respecter l’environnement et promouvoir les petits producteurs pour leur permettre de lutter contre la concurrence de la grande distribution, encourager à consommer responsable, éduquer au goût. Le label (un escargot) est a priori gage de qualité. Plus d’information sur le site français de l’association.

http://www.slowfood.fr/
Mam I Teca propose une cuisine rustique, catalane (bien sûr) et pyrénéenne, avec d’excellents produits du terroir. Amateurs de chichis, passez votre chemin. Je recommande le confit de porc aux pois-chiches, un régal. La botifarra (saucisse catalane) vaut également le détour. Les desserts sont faits maison, jusqu’aux glaces.

Mam I Teca propose également une bonne sélection de fromage et charcuteries rares des pyrénées. Et une bonne carte des vins, le patron étant un passionné. En l’absence de menus, l’addition peut vite devenir salée si on craque un peu sur certains plats (l’agneau, les langoustines), mais peut aussi rester correcte (le porc aux pois-chiches, par exemple est à 9euros80, et la botifarra aux haricots au même prix. L’assortiment de charcuteries est à 15 euros, et constitue une bonne entrée pour deux personnes).

Succulent, produits frais, cuisine locale, décoration sans prétention, bons vins, j’en redemande tous les jours!!!

Label Slow Food

Intérieur du restau…

Nous y avons mangé:

Assortiment de charcuteries des Pyrénées.

Botifarra aux haricots

Porc aux pois-chiches…

Serrat..

Lomo

Charcut’ dont j’ai oublié le nom.

Agneau grillé frites…

Et voilà! En espérant que les futurs visiteurs de la belle ville de Barcelone apprécieront ces quelques conseils, et n’hésiteront pas à nous communiquer leurs trouvailles…
A bientôt.


Une virée à la Chope d’Or…

Pendant nos vacances, nous sommes allés rendre visite à ma famille et à nos amis dans mon Nord natal. La proximité avec la frontière belge comporte certains avantages, notamment celui d’être à 300 mètres d’une friterie belge. La frite belge n’est en rien comparable à la frite française, et encore moins comparable avec les frites du Mac Do ou des Kebab. Sans compter que les friteries belges proposent un immense choix de viandes (la traditionnelle fricadelle côtoie la non moins traditionnelle boulette ail, le piquant mexicanos, l’exotique loempia, le tacos frit, le poulycroc, le burger, etc…), et un immense choix de sauces.

Nous avons choisi de déjeûner à La Chope D’or à Erquelinnes (Belgique), et nous avons dégusté des américains (environ 4 euro 50 l’américain). Qu’est ce que l’américain? Pour définir cette aberration diététique, nous pouvons dire qu’il s’agit d’un tiers de baguette dans lequel on place une viande frite (fricadelle ou autre), une sauce, et on arrose généreusement de frites.

En haut un américain boulette sauce pitta, en bas un américain fricadelle sauce Hannibal.

Intérieur de l'américain fricadelle.

 

Et pour arroser ça une bonne Chimay Blanche:

Une blanche à 8°...

Prévoir plusieurs heures de repos pour digérer tout ça…


Une virée à l’Agra…

Hier, nous avons fait un saut à l’Agra, un excellent restaurant indien à Auxerre. Les plats sont copieux et délicieusement parfumés… Je recommande!

Nous avons mangé:

De fines galettes aromatisées au cumin servies à l’apéritif, des naans nature et au fromage, un assortiment d’entrées (avec un morceau de poulet tandoori, du sheek kabab (agneau haché aromatisé), un samossas aux légumes. Le tout servi avec des sauces à tremper dont une mémorable, au concombre et à la menthe.

Nous avons continué avec:

Les mets étaient servis dans des petits plats, mais j’ai totalement oublié de faire la photo avant de me servir… Bref, nous avons dégusté une excellente (et le mot est faible) crème d’aubergine aux herbes fraîches (began bartha), de l’agneau Shai Korma (à la crème, aux amandes et aux cajous), du poulet Tikka Massala (poulet grillé aux légumes émincés). Le tout servi avec du riz basmati (tout aussi délicieux).

Pour finir en beauté:

Un kulfi maison… Une glace au lait d’amande, à la cardamome et aux pistaches.

Un aperçu de la salle, très dépaysante:

Nous avions choisi la formule à 48 euros pour deux. Le restaurant propose des formules à douze euros le midi, un menu à 21 euros le soir, et une multitude de plats à la carte. Le rapport qualité-prix est excellent.

L’Agra

12 rue de la Fraternité

89000 Auxerre

Tel: 03 86 52 30 91